GRECE Du 22 Février au 8 mars
Carte Grèce

République hellénique (fr)

drapeau

armoirie

Devise nationale : Ελευθερία ή θάνατος
(Elefthería í thánatos)
(En grec : La liberté ou la mort)

 

Langue officielle

Grec moderne

Capitale

Athènes ,

Plus grande ville

Athènes

Forme de l’État

République parlementaire

 - Président de la République
 - Premier ministre

Károlos Papoúlias
Geórgios Papandréou

Superficie
 - Totale
 - Eau (%)

Classé 94e
131 940 km2
0,86%

Population
 - Totale (2008)
 - Densité

Classé 70e
11 260 000 hab.
84,3 hab./km2

Indépendance
 - Date

De l’Empire ottoman
25 mars 1821

Gentilé

Grecs

IDH (2005)

0,947 (élevé) (18e)

Monnaie

Euro¹ (EUR)

Fuseau horaire

UTC +2

Hymne national

Ýmnos is tin Eleftherían (Hymne à la Liberté)

Domaine internet

.gr

Indicatif
téléphonique

+30

L’entrée en Grèce nous prendra 12 secondes, nous sommes presque inquiets, de passer aussi vite, et que la seule vue de nos passeports français déclenche aussitôt l’ouverture des portes de ce nouveau pays.
A force de rêver du soleil, l’envie de passer les deux derniers mois de notre aventure au chaud (plus précisément sur le continent Africain que nous n’avons pas visité) devient une évidence qu’il nous est impossible de réprimer.
Nous trouvons, au départ d’Athènes, un aller retour pour Nairobi, qui, bien que venant quasiment à bout de nos réserves financières, reste très bon marché.

Il ne reste plus qu’à chercher où entreposer notre tortue et trouver où dormir, nous contactons un ami et entreposons notre carapace sur le parking sécurisé de ses bureaux, et celui-ci nous invite à passer la semaine dans son appartement, d’où nous pouvons à loisir faire l’école et visiter la ville, en attendant notre avion.
Nous passons d’excellentes soirées en sa compagnie, les enfants ont du mal à décrocher des mangas et Pokémons et autres délices de la télé câblée, pendant que nous nous informons des nouvelles de la crise européenne.
La crise semble, malgré ce qu’en disent les médias, toute relative. Les restaurants sont pleins, la plupart des voitures qui circulent sont des Porsche, des Bmw, des Mercedes et des Audi et les achats dans les magasins chics semblent aller bon train.
Pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un ami sur place, nous vous conseillons de visiter le site de Trivago . Il vous permettra de trouver un endroit où dormir selon vos attentes et éviter toute mauvaise surprise de dernière minute dans votre budget lors de votre voyage.
Crise à part, nous continuons notre périple à Athènes.
Nous retrouvons le caddy alimentaire à 200 euros au carrefour du coin et le repas au restaurant à plus de trente euros tête.
stade olympique
Parthenon
Nous profitons d’une journée ensoleillée pour tenter de descendre jusqu’à l’Acropole, mais mettrons plus de deux heures pour l’atteindre car pour bien nous remettre dans le bain de l’Europe, tous les transports de la ville sont en grève. Nous arrivons tout de même à destination en début d’après midi, mais les visites s’arrêtent à 14h30 et l’entrée à 6 euros pour une demi-heure ne nous tentant pas, nous nous rabattons vers l’excellent nouveau musée de l’Acropole après la dégustation de quelques plats à base de feta et de feuilles de vignes farcies.
Nous y découvrons la reconstitution des frontons du Parthénon ainsi que des vidéos sur les différentes périodes où elle fût transformée en église, puis en mosquée et enfin en cathédrale orthodoxe avant d’être partiellement détruite par l’attaque des (je ne sais plus, donc si ça vous intéresse, faudra chercher sur Internet).
Nous retentons le lendemain l’entrée de l’Acropole, par chance la grève des transports n’a duré qu’une journée et a laissé place à la grève des guichets de l’acropole, ainsi, les portes nous sont grandes ouvertes.
Mon dernier passage à Athènes remontant à 27 ans,  je découvre l’état du chantier de restauration qui avait commencé à la même époque.
On se croirait à Dubaï, les échafaudages ont poussé comme des mauvaises herbes, et comme aux émirats les chantiers ne semblent pas avancer plus vite que l’économie du pays.
Nous nous promenons sur le site jusqu’en fin d’après midi, puis terminons, une nouvelle fois par la visite du supermarché Carrefour et une dernière balade en métro, avant de partir pour l’aéroport avec notre hôte, qui a écourté sa journée de travail pour nous accompagner.
Acrobouygue
Athènes
L’enregistrement se passe sans problème, mais au moment de passer le contrôle en salle d’embarquement, je me rends compte que j’ai gardé mon couteau dans la poche. Afin de ne pas me faire immédiatement prendre pour un terroriste, je le montre à la charmante préposée qui dirige le sas, et lui demande si il me serait possible de le récupérer à l’atterrissage, ou à mon retour dans deux mois.
Celle-ci manifestement inquiète me répond que NON, et tente sans succès de passer quelques coups de fil. L’embarquement ayant déjà commencé, je reviens vers elle afin de ne pas rater le vol qui nous promet un soleil certain, et lui réitère ma demande. Elle finit par m’expliquer que les lois grecques interdisent le port de couteau de cette taille, et qu’elle doit appeler les policiers pour qu’ils m’arrêtent et me dressent un procès verbal. Sa solution n’étant, et de loin, pas celle que je préfère, je lui propose de mettre l’objet en lieu sûr au fond de la poubelle, ce qui lui évite des heures supplémentaires non payées, et nous permet de prendre l’avion à temps.
Le vol dure 5 heures jusqu’à l’aéroport de Sharjah, aux émirats arabes unis, et nous atterrissons, avec le décalage horaire, à 4 heures du matin.
Emirats
Sharjah beach
Notre première idée de louer une voiture pour 24 heures, en attendant le prochain vol pour le Kenya, qui doit le lendemain nous déposer à Nairobi, s’arrête devant la porte close des loueurs de voiture ouverts 24 heures sur 24, et nous nous rabattons sur la solution de l’hôtel, qui nous permet d’entreposer nos affaires, de prendre une douche et faire une mini nuit réparatrice jusqu’à 10 heures.
Nous passons la journée à la plage, non loin de celle qui avait, il n’y a pas si longtemps, accueilli notre tortue et retournons passer la nuit à l’hôtel.
Je  profite du wifi pour essayer d’organiser notre arrivée sur la capitale Kenyane réputée dangereuse. Je consulte les adhérents de quelques sites qui, à travers le monde, proposent de mettre en relation, les gens qui voudraient rencontrer, voire héberger gratuitement, des voyageurs.
Tadeus, un kenyan me répond dans les minutes qui suivent ma demande. Il se propose de nous accueillir dans sa ferme proche de Nairobi et se réjouit de pouvoir faire rencontrer des enfants français à ses deux garçons de 4 et 8 ans.
burj Khalifa

 

Rassurés, nous nous endormons sous les lumières scintillantes du Burj Khalifa
Le lendemain matin après quelques difficultés douanières, dues au fait que les employés de la veille n’avaient pas enregistré l’entrée de Nanou aux E.A.Unis, et qu’il était donc difficile d’en tamponner sa sortie, suivi d’un énorme retard, dû à un épais brouillard qui cloue au sol tous les avions, puis deux incidents techniques qui empêchent le décollage de notre avion, nous prenons avec trois heures de retard, la direction d’un nouveau continent, pour une nouvelle aventure.

 

kenya

Le Kenya

Traversée
uruguay
bresil
tortue Bolivie
Pérou
Chili-Argentine
argentine
Mexique
Guatemala
Belize
Drapeau honduras
Nicaragua
Costa Rica
panama
USA
drapeau
Malaisie
drapeau thailande
drapeau Cambodge
drapeau Vietnam
drapeau Laos
drapeau thailande
Malaisie
drapeau Inde
drapeau
Oman

drapeau---Oman

saudia

drapeau
drapeau Syrie
drapeau Turquie
drapeaugrece
kenya
drapeaugrece

france

le rideau