EMIRATS ARABE UNISDu 22 Août au 14 Septembre 2009
carte emirats

Émirats arabes unis (fr)

drapeau

Devise nationale : Allah,la nation et le président.

Langues officielles

Arabe

Capitale

Abou Dabi
24°28'1.2"N, 54°22'1.2"E

Plus grande ville

Dubaï

Forme de l’État
 - Président
Premier ministre

État fédéral
Khalifa bin Zayid Al Nahyan
Mohammed ben Rachid al-Maktoum

Superficie
 - Totale
 - Eau (%)

Classé 114e
82 880 km²
Négligeable

Population
 - Totale (2008)
 - Densité

Classé 136e
4 621 399 hab.
47 hab./km²

Indépendance
 - Date

Royaume-Uni
2 décembre 1971

Gentilé

Émirati, Émirien

Monnaie

Dirham des Émirats arabes unis (AED)

Fuseau horaire

UTC +4

Hymne national

Tahiat Alalam

Domaine internet

.ae

Indicatif
téléphonique

+971

Nous atterrissons à Dubai, on a l’impression de passer de Germinal à la guerre des étoiles, les rues sont larges, propres, éclairées, les immeubles grattent le ciel que chauffait cette petite ville bédouine du XVIII éme siècle, avant qu’elle ne pousse comme un gros champignon arrosé par les pétrodollars. On y trouve la tour la plus haute du monde le Burj Khalifa, qui avec ses 625 mètres dressés en pointe semble, comme un thermomètre géant, prendre la température de l’avenir.
La ville est en perpétuelle construction, un nouveau métro, ultramoderne bien sûr, une nouvelle tour de plus d’un Km de hauteur  en préparation pour dépasser celle que les chinois sont en train de faire et qui devrait dépasser la leur qui n’est pas encore finie (on va finir par remplacer les fusées par des escalators si ça continue).
Burj al arab
des grues, toujours des grues
On compte ici, plus de 15 % de la population mondiale des grues de chantier, on grignote sur le désert à droite, sur la mer à gauche pour construire des marinas gigantesques ; des complexes hôteliers sur des îles artificielles en forme de palmier ou de planisphère ; Des malls commerciaux surdimensionnés s’égrènent à tous les coins de rue à coté desquels Bellepine et Grand Var ressemblent à des superettes de village.
Maserati
Là où en Inde les rayons se remplissaient de multiples variétés de riz, ici, les étals du moindre Carrefour ou Géant regorgent des différentes sortes de caviar et des rayons fromage,dont on avait presque oublié l’odeur.
Et dehors pour le plaisir des yeux les quatre voies où circulent Maserati, Ferrari, Rolls, Bentley, Mercedes et une quantité tellement impressionnante de Porsche Cayenne qu’elles doivent faire partie du panier garni offert à tous les jeunes pour leur dix-huitième anniversaire.
Rolls Royce
Des Harley spécialement conçues pour la police afin qu’ils soient plus proches des jeunes et de leur environnement. A l’instar de nos forces de police des banlieues, qui connaissent tout les moyens de débrider un 103 SP en limant la pipe d’admission et en modifiant le carbu, les motards dubaiotes connaissent certainement tout sur les sujets qui intéressent les jeunes de Dubaï, l’accélération de la dernière Ferrari et le temps au Km lancé de l’Aston Martin.
Harley
laisse béton Compendieusement, c’est grand, c’est « relativement » beau, c’est impressionnant, mais ça manque singulièrement d’âme car tout y est aseptisé et construit pour paraître, tout se vend, se montre, s'affiche, rien ne vit, rien ne respire, rien ne germe ni ne grandit, mais tout surgi, se dresse, se déploie. Le sable reprendra t'il ses droits sur ce domaine des dieux du pétrole? .......
Les dubaiotes qui possèdent tout cela ne sont que 15 %, tandis que les 85 % restant qui construisent, entretiennent et nettoient pour à peine 4 euros par jour, sont indiens. On retrouve donc nos chères têtes dodelinantes de droite et gauche, derrière tous les guichets, de l’hôtel jusqu’au Mac do, où nous achetons un immense sac de big mac et de frites que nous dévorons dans les couloirs d’un mall commercial, sous les yeux hébétés des passants. Ceux-ci n’osent pas nous dire que nous sommes au premier jour du Ramadan et qu’il est interdit de manger de 6 heures du matin à 18h45 le soir, sous peine d’emprisonnement, assortie d’une amende de mille euros pour tout contrevenant, musulman ou pas, (Et encore nous sommes dans l’émirat le plus libéral des sept).
Mac Ramadan
Fondu de ski
Etant donné la chaleur, nous passons nos après midi dans les centres commerciaux, notamment l’immense Emirates Mall où une des plus grandes piste de ski artificielle permet de retrouver les joies du sport d’hiver en plein désert et déguster, enfin pour Océane, une fondue savoyarde au pied des pistes.
Nous passons nos nuits au bord de l’eau sur les plages de Juhmeira dégoulinant sous les 38 degrés qui règnent en permanence dans la tortue, nous profitons d’avoir tout les services possibles et inimaginables à portée de main pour faire réparer le transformateur de notre clim, nous trouvons chez Scania un accueil hors du commun, petit thé, gentillesse et compétence, ils démontent le transfo et nous le réinstalle réparé gratuitement.
Malgré cela la clim reste une Waeco et ne fait du froid que lorsqu’il ne fait pas trop chaud dehors (quand j’pense qu’il y a certainement dans l’monde des ingénieurs frigoristes de talent qui cherchent du travail!!!).
Les « six en route », une famille en voyage avec quatre enfants qui vient de passer un an en Afrique, est de passage pour quelques jours à Abu Dhabi, pendant le shipping de leur Casita vers l’Inde, nous partons donc les y attendre.
La capitale des Emirats est à une centaine de Kms de l’émirat de Dubaï, sa circulation, et surtout son stationnement arrive presque à bout de mes nerfs en fin de journée, et nous finissons encore une fois notre course au bout de la plage publique, et notre après midi dans un mall commercial et un super marché Carrefour, où nous faisons le plein de palme, de masque et de tuba.
Notre premier objectif est de trouver une laverie car comme la ville nous sommes à bout d’habits (c’est pas d’moi, c’est d’Timothée), malheureusement à plus d’un euro la pièce nettoyée, nous attendrons encore quelques jours car nos achats ont eu raison de la fin de notre budget mensuel.
Nous visitons l’Emirates palace qui avec un hall dominé par un dôme de 42 mètres de haut et des suites de 680 m² est le plus bel hôtel de la ville, on y découvre une exposition sur les 4 grands projets en cours de réalisation qui devrait donner à la ville son rang dans les destinations culturelles du monde :
Emirates Palace
Un musée Guggenheim dessiné comme celui de Bilbao par l’architecte américain Frank Gehry,
Guggenheim d'Abu Dhabi
Le musée maritime réalisé par le japonais Tadao Ando,
Musée maritime Tadao Ando
Un gigantesque et délirant centre culturel crée par l’Irakienne Zaha Hadid
Centre culturel Zara Hadid
et le Louvre d’Abu Dahbi par le français Jean Nouvel.
Le Louvre Jean Nouvel
L’exposition est passionnante et nous y trouvons enfin le début d’une singularité qui pourrait donner une âme à toutes ces dépenses d’énergie et de billions de dollars qui nous assaillent depuis notre arrivée.
Nous dormons le long de la grille du palace à quelques mètres de la plage et après une bonne nuit allons récupérer les « 6 en route » pour les emmener à Dubaï

Véronique, Thierry, Max, Sam, Loane, et Zoe sont de Lausanne, vous pouvez suivre le début de leur voyage qui ne fait que commencer sur leur site www.6enroute.com, ils voyagent avec une tortue nommé Casita qui a brillamment supporté la descente de l’Afrique.
Nous faisons les 120 Kms qui nous séparent de Dubaï en une heure et demie et passons autant de temps à tourner en rond dans le pâté de maison où ils ont réservé un appartement pour 4 jours, pendant que les enfants cuisent à feu doux sous les 40 degrés de la tortue.
Nous les laissons s’installer dans leur somptueux trois pièces de 100 m²
Et leur donnons rendez vous dans l’attraction principale du pays, un centre commercial.
Celui que nous choisissons possède un Aquarium géant où se promène quelques jolis spécimen de requin citron et d’énormes mérous.

Ils nous racontent l’Afrique, pendant que nous leurs disons nos récentes aventures indiennes.

www.6enroute.com
Les 10 à table


Le lendemain nous profitons de l’espace dont ils disposent pour faire entre deux machines à laver des parties de cartes (pour ceux qui me connaissent, vous devez imaginer ma joie de rencontrer une famille de joueurs).
Nous passons donc l’après midi et la soirée entre les rois de pique, les dames de cœur et les as de trèfles et remettons au lendemain la suite de nos excursions commerciales.
Les machines à laver s’enchainent pendant que les enfants passent de la terrasse piscine à la salle de jeu organisée dans l’appartement, nous profitons d’être plus de huit pour jouer au loup-garou, en attendant le coucher du soleil pour faire un petit tour du coté de chez carrefour.
Ski Dubaï
Titi et la luge
Ils nous rejoignent un matin à la plage de Jumeirah 1, où nous passons nos nuits face au golf Persique, et finissons la journée à l’Emirate mall où la neige artificielle permet à Océane de reprendre l’école par l’éducation physique sous les conseils de Thierry qui a la bonne idée d’avoir été moniteur de ski.
Prépa ski
En piste
Leçon de ski
Pratique
Nous passons plus de deux heures à descendre et remonter en télésiège les deux pistes de la station avec Océane, Max et Thierry ; Pendant que les plus  petits font de la luge en bas des pistes. La neige est excellente dans cet immense frigidaire à -4°, mais nous finissons par avoir les doigts qui s’engourdissent et la faim nous rassemble tous autour d’une fondue savoyarde (il ne manquait que le p’tit verre de blanc, mais n’en demandons pas trop en période de ramadan).
Nous recevons le mail d’un expatrié de Total qui, vivant à Abu Dhabi depuis un an, a reconnu notre tortue en sortant de son bureau.
Il ne nous est pas inconnu, puisque nous avons passé trois semaines à le voir quasi quotidiennement avec sa femme et ses triplés aux pieds de l’appartement qu’ils occupaient à Buenos Aires lors de sa précédente expatriation.
1, 2,3
Nous décidons donc de leur rendre visite et ramenons finalement les sixenroute jusqu’à l’appartement de leur ami Gilles qui dirige l’installation des cuisines d’un des restaurants du Shangrila, un cinq étoiles d’Adu Dhabi qui fait face à la mosquée Sheik Zayed.
Mosquée Sheik Zayed
Nous visiterons le matin cette imposante splendeur du culte musulman, avec son tapis irakien fait entièrement à la main, qui recouvre la superficie de deux stades de football.
Mosquée
Le téléphone arabe

Gilles prendra près de trois heures de son temps pour nous faire une visite complète de l’hôtel où il travaille, de la chambre simple autour d’une des cinq piscines du complexe, jusqu'au pavillon privatif accompagné de sa propre piscine et dont chaque pièce est équipé d’un écran plasma plus grand que notre table de salon (Le cheik loue à l’année une de ces villas pour quelques dix mille euros la nuit -c’est pas la crise pour tout l’monde-).
Le Buffet des desserts avec ses trois fontaines aux chocolats impressionnent les enfants.

fontaines aux chocolats
Gilles
Gilles termine la visite en nous invitant au restaurant qu’il dirige et nous finissons l’après midi chez lui à jouer au loup garou.
Au menu des visites culturelles que nous nous sommes données à visiter, il nous reste l’héritage village où se dresse sur quelques centimètres la reconstitution en ciment peint de la tombe datant de trois mille ans, l’espace du site est quant à lui occupé en grande partie par un joli jardin et un restaurant hors budget voyageur, c’est donc avec cette soif insatisfaite de culture bédouine, que nous retournons jouer aux cartes, sur la moquette de l’appartement de Gilles.
Les restes de la culture bédouine
Ce n'est qu'
Les meilleurs rencontres ayant en temps de voyage toujours une fin, surtout quand on ne fait pas le tour du monde dans le même sens, nous accompagnons nos amis à l’aéroport, leur avion pour Mumbai en Inde a été annulé et après deux heures de tergiversations sur la grève, qui cloue au sol plus de 200 vols, la compagnie leur trouve un vol depuis Dubaï qui décolle à 1h00 du matin.
Il ne leur reste plus qu’à sauter dans un taxi avant de s’envoler pour retrouver leur Casita au pays des têtes à ressorts.
On est impatient de suivre la suite de leur aventure et surtout de les revoir, en France, en Suisse où quelque part dans le monde, entre deux grèves d’avion.
Au revoir
Les Triplettes de d'Abu Dhabi ville
Nous emboîtons les roues du taxi pour déposer notre convertisseur de Clim chez Scania, il a cédé une seconde fois (vive Waeco) et revenons le lendemain à Abu Dahbi passer la soirée chez nos Total voyageurs, dont la vie, avec un garçon de  5 ans et des triplées d’1 an, ressemble à une petite entreprise, heureusement l’espace ne manque pas dans les maisons émiraties dont la salle de jeu des filles ferait pâlir d’envie certaines de nos crèches.
Cachés derrière les hauts murs de leur maison, nous dégustons une bière et un vin argentin en mangeant des kebabs.
Nous encombrons une petite partie de leur villa avec les trois quarts de la soute du camping-car que nous récupérerons avant de traverser l’Arabie Saoudite en décembre,  et partons le lendemain chercher un peu de fraîcheur à Al Ain.
Nous passons la première nuit sur le parking du Zoo qui n’ouvre ses portes que de 9 heures du soir à 2 heures du matin et faisons tourner le groupe électrogène le reste du temps pour supporter la température extérieure et faire un peu d’école, puisque nous avons profité de l’Internet de nos hôtes d’Abu Dahbi pour télécharger les premières séances de la 5éme d’océane et du CM1 de Timothée.
Le ZOO d'Alain
La fraîcheur n’étant toujours pas là nous gravissons les milles mètres d’altitude qui nous séparent du point le plus haut d’Al Ain où, en plus des quelques degrés de moins qu’indique le thermomètre, nous sommes rafraîchis par un orage qui emporte sous nos yeux, les cabines de WC de chantiers et les tables des cafés, installés sur les parking pour profiter de la vue sur Oman.
Nous décidons à cet instant qu’il est temps de partir à la découverte d’Oman qui, à dire de guide, a su garder, mieux qu’aux Emirats, ses traditions et une architecture ancestrale, il nous faut cependant redescendre à Dubaï pour récupérer notre cher transformateur.
Le Musée d'Alain
Avant de quitter cet oasis qui a vu naître le Cheik Zayed, nous partons visiter son ancienne maison transformée en musée qui nous impressionne par sa relative modestie et sa simplicité, comparé au faste de son palais actuel.
A notre arrivée à Dubaï, notre transformateur n’est toujours pas prêt, et n’ayant plus le cœur à attendre nous repartons immédiatement sur Hatta à la frontière omanaise.
Hatta pools

Notre but est d’atteindre les piscines naturelles qui se nichent dans les montagnes, nous approcherons le point GPS donné par le guide Off road à moins de 500 mètres et, après une nuit seul au milieu des montagnes, nous finirons à pied, le chemin qui nous sépare du seul endroit naturel où nous passerons une journée entière sans air conditionné.
Nous quitterons le lendemain les Emirats Arabe unis par le poste frontière de Hatta et commencerons l’exploration de ce pays, qui nous a décidé à venir sur la péninsule arabique.

Cheik Zayed Mosquée
Traversée
uruguay
bresil
tortue Bolivie
Pérou
Chili-Argentine
argentine
Mexique
Guatemala
Belize
Drapeau honduras
Nicaragua
Costa Rica
panama
USA
drapeau
Malaisie
drapeau thailande
drapeau Cambodge
drapeau Vietnam
drapeau Laos
drapeau thailande
Malaisie
drapeau Inde
drapeau
Oman

drapeau---Oman

saudia

drapeau
drapeau Syrie
drapeau Turquie
drapeaugrece
kenya
drapeaugrece

france