CAMBODGE Du 28 Décembre 2008 au 28 Janvier 2009
carte Cambodge

 

Royaume du Cambodge (fr)

Drapeau Cambodge

Devise nationale : Nation, Religion, Roi

 

Langue officielle

khmer

Capitale

Phnom Penh

11°33′N 104°55′E / ,

Plus grande ville

Phnom Penh

Forme de l’État
 - Roi
- Premier ministre à vie

Monarchie constitutionnelle
Norodom Sihamoni
Hun Sen

Superficie
 - Totale
 - Eau (%)

Classé 89e
181 035 km²
2,5 %

Population
 - Totale (2003)
 - Densité

Classé 65e
13 124 764 hab.
72,5 hab./km²

Indépendance
 - Date

de la France
9 novembre 1953

Gentilé

Cambodgiens

Monnaie

Riel (KHR)

Fuseau horaire

UTC +7

Hymne national

Noko-Reach

Domaine internet

.kh

Indicatif
téléphonique

+855

Nous entrons au Cambodge, pays meurtri par une guerre civile sanguinaire qui en 3 ans, 8mois et 21 jours fit plus de 2 millions de victimes, soit plus de 1400 cambodgiens exécutés par jour.
La reconstruction du pays est organisée autour d’une corruption patente, tant de la classe politique que d'une certaine partie de l’aide internationale, dont quelques consultants de grosses ONG vivent dans de luxueuses villas et roulent dans des voitures qui feraient rêver, même un européen de très bonne famille, venant ternir le travail formidable de celles qui s'occupent avec tout leur coeur des causes auxquelles elles s'attaquent.

Le Cambodge
Sourire
Cette période noire des Khmers rouges et les malversations actuelles n’ont pourtant pas réussi à entamer le courage et le sourire de la population qui tente de panser ses plaies.
bac
Nous arrivons donc par la route du sud qui est splendide et même si nous nous attendions au dire d’une carte routière à une piste de terre un peu plus exotique, on se rend vite compte que peu de touristes ont fait le parcours depuis la récente construction des ponts venus remplacer les cinq bacs, dont les passeurs ont dû pour se reconvertir ouvrir des petits restaurants ou des stations services au bord des routes.
 à essence
 
Notre objectif du jour est d’arriver à Sihanoukville où, la famille Roux (www.familleroux.top-depart.com ), qui suit notre voyage depuis le départ, a commencé, il y a douze mois, un long voyage de cinq ans autour du monde. Ils nous attendent dans le parking du Soka beach resort un des plus bel hôtel du pays.
Nous croisons en chemin un couple de canadiens Geneviève et Pierre (http://DoItOnBike.blogspot.com ) qui sillonne l’Asie à vélo
Geneviève et Pierre
cinema de la tortue
et à l’entrée de Sihanouk ville La famille Vernet (http://familleverney.uniterre.com ) qui se dirige vers la frontière thaïlandaise. Après quelques échanges amicaux les Verney décident de rebrousser chemin pour passer la soirée avec nous, tandis que les canadiens remontent en selle pour nous rejoindre au réveillon.
L’arrivée au camping improvisé des Roux est remarquée, puisque nous entrons par le grand porche à trois camping-cars et commençons, face à la plage de l’hôtel, à établir notre campement.
La famille Roux ne déçoit pas nos espérances.
Il faut dire qu’après les mails échangés au fil des deux dernières années, les coups de fils passés depuis deux mois pour essayer de se croiser on avait l’impression de se connaître. Et à dresser l’impressionnante liste de nos points communs nous ne pouvions que nous entendre (Il s’appelle Denis comme moi, sa  fille Océane comme la nôtre, il est berrichon moi itou, vivait dans le Var comme nous, ses enfants sont bien entendu parfaits comme les nôtres, sa femme est adorable comme la mienne et c’est un ancien sportif de haut niveau comme … Bernard Hinault).
Les Flots Bleus
La première soirée vide la première bouteille de pastis, et les suivantes font ressembler le parking du Sokha Beach au camping des flots bleus.
La sécurité de l’hôtel, insensible au plaisir de notre rencontre, nous propose fermement d’installer notre campement ailleurs et deux Denis, et un Yann seront nécessaires pour que Michaël, le gérant, nous accepte jusqu’au réveillon.
De petites excursions sur le marché de la ville à trois sur une mobylette sans papiers (à la cambodgienne) nous permettent de ravitailler les réserves du camping.
Le 31 nos cyclistes canadiens nous rejoignent et nous passons l’après midi à préparer les petits fours, le pâté  de chevreuil, l’anchoïade et le barbecue de fruits de mer qui nous permettront de passer dignement à l’an 2009.
Les filles après une expédition cotillons dans les salons de l’hôtel nous ramènent quatre coupes de champagne délaissées par des fêtards couche tôt tandis que nous nous remémorons avec Yann les températures moins clémentes de la terre de feu, où nous avions ensemble commencé cette année.
Bonne Année 2009
Bonne Année 2009
Nous continuons les jours suivants sur une plage voisine que nous indique Jacques Colineau un camping-carriste arrivé il y a trois ans par la Chine et installé depuis à Sihanoukville.
Puis nous descendons en convoi jusqu’à Kampot région de production de poivre.
Et bien que nous mettions un peu la visite du Cambodge entre parenthèse depuis notre arrivée, nous nous rendons tous à une plantation de poivre.
Poivre de Kampot
Jérôme, un breton arrivé, par hasard, dans la région il y a trois ans a entrepris, en créant une société d’exportation de poivre avec quelques amis de sauver une poignée d’agriculteurs en redonnant ses lettres de noblesse au poivre de Kampot.
Il nous emmène dans des petits villages reculés, le long de pistes en terre où se croisent à toute vitesse des scooters, des motos-charette-transport en commun, des vélos et un camping car.
Kampot
Jérôme nous explique tout sur l’élaboration du poivre, son séchage sur des nattes en paille de riz ou en palme, son écossage éventuel et la sélection des grains qui formeront trois qualités, dont seule la meilleure finira dans nos poivrières européennes.
Il parle khmer et nous pouvons donc grâce à lui comprendre un peu mieux la vie et les espérances de ces agriculteurs dont la vie ressemble à s’y méprendre à celle de leurs alter ego boliviens.
Sourrire cambodgien
Nous terminons par une visite sur le magnifique et authentique marché de la petite ville de Kampot (Le plus photogénique que nous ayons croisé depuis notre arrivée en Asie du Sud-est).
Marché de Kampot
Le temps de préparer un événement de taille, le premier anniversaire d’Océane (Pas la nôtre, celle de Denis ; pas moi, le sportif) qui sait ce qui l’aura marqué dans sa première année, une couleur, une senteur, un paysage, un visage ou simplement la chaleur de sa famille qu’elle redistribue autour d’elle à grands coups de sourire.
Océane 1 an
Voyage, Voyage
La tribu des Roux, nous quitte finalement pour chercher une frontière qui l’autorise à passer au Vietnam et nous restons quelques jours supplémentaires avec Yann et Géraldine et un couple belge en 4X4 (www.bearoundtheworld.be ) qui me donne avec quatre autres français en voyage (http://www.aquiletour.top-depart.com  et www.notretour.com ) des petits cours d’informatique (je pense qu’à mon retour je serai fin prêt pour faire un site qui fonctionne comme je veux) en attendant je me rend compte que plus j’en apprend plus j’ai de choses à refaire, j’en garderai pour le retour afin de continuer un peu le voyage (comme disait Gabin « plus je sais, moins je sais »).
Nous quittons la côte pour nous rendre à Phnom Penh, la route est un gigantesque tapis de bosses qui nous donne la sensation désagréable d’être à la place des vertèbres d’Edgar Grospiron aux jeux olympiques d’Albertville et nous rappelle que nos amortisseurs sont à changer. Les estafettes de dix places chargées d’une vingtaine de personnes à l’intérieur et autant sur le toit forment de surprenants enchevêtrements humains qui roulent à tombeau ouvert, le klaxon étant la seule pièce qui semble être révisée régulièrement car il octroit à son possesseur un sorte de laisser passer pour doubler en troisième ligne ou en plein virage.
Routes
Nous atteignons la capitale en fin d’après midi et nous installons sur le parking de l’hôtel Cambodiana, dont le gérant français nous ouvre son parking, nous permettant même de faire, de temps en temps, un petit tour dans la piscine de cet hôtel construit en 1966 sur les rives du Mékong à l’endroit où ce dernier se rejoint avec le Tonlé Sap, qui prolonge le plus grand lac d’Asie en amont.
En période de mousson, la crue du Mékong inverse le cours du Tonlé sap inondant en amont les plaines agricoles qui vivent de cette aubaine depuis des décennies.
Cambodiana
Reflets
Phnom Penh est à l’image du royaume du Cambodge un véritable lieu de contraste, où la plus insolente richesse côtoie la plus grande pauvreté et où la joie et le sourire omniprésent de ses habitants laissent parfois entrapercevoir le douloureux passé de la ville qui à partir du 17 avril 1975 (quand les Khmers rouges y entrèrent) passa à grands coups d’exécutions et de déportations de 2 millions à 50 000 habitants en quelques mois.
Palais Royal
Les quais, en plein travaux le long du Tonlé sap au nord, et du Mékong au sud, promettent à la ville un bel avenir touristique. Entre la préparation de notre prochaine étape vietnamienne (une fois n’est pas coutume) et  l’école, nous visitons le musée national qui jouxte le palais royal où nous finirons la journée pour y visiter la salle du trône, la pagode d’argent et son sol fait de 5000 dalles en argent massif, le pavillon Chan Chaya et le pavillon de fer offert par l'Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III au Roi Norodom 1er, à l'occasion de l'inauguration du Canal de Suez.

Elephant
Musée

Tissus

Après l’obtention de nos visas vietnamiens nous allons manger au marché russe et acheter quelques souvenirs et tissus qui se cachent dans cet imbroglio d’étals.
Bric à brac
Nous déjeûnons avec Yann et Géraldine qui nous rejoignent dans une des gargotes du marché qui servent des soupes et des pâtes au poulet pour 1dollar le plat.
Viande en suspension Fruits et légumes
Le lendemain continuant les démarches pour l’entrée au Vietnam, je vais à l’ambassade de France, pour le passage du véhicule et finis au marché central (le psar Thmei) après un bref passage au Vat Phnom (Pagode située sur une butte et renfermant selon la légende les quatre statuettes découvertes sur les rives du Mékong par une femme nommée Penh, à l’origine du nom de la ville).
Fin d'marché Marché central Araignées et cafarts grillés pour le midi
Le compteur de notre visa cambodgien tournant à toute vitesse, nous quittons une nouvelle fois les chemins du monde pour monter à Siem Rep tout près des temples d’Angkor.
Lion Village de sculpteurs Lion
Nous arrivons un mardi soir et délaissant notre tortue au bord de la piscine d’une guest house (Earthwalkers guest house), nous embarquons dès le lendemain matin sur le Tonlé sap, pour rejoindre Battambang après 8 heures de navigation sur des canaux envahis par la mangrove où sont parsemés d’innombrables villages flottants.
villages flottants
La balade est riche de découvertes, les villages vivant en partie de la pêche nous croisons de nombreux filets à bascule installés le long des canaux. Certains font également un peu de pisciculture et leurs installations entraînent, par bonheur, le ralentissement de notre embarcation, véritable omnibus de ce dédale aquatique.
Carrelet
L’hélice se prend régulièrement dans la végétation, surtout aux abords des villages où le seul moyen de locomotion est la pirogue à moteur, dont les plus larges recouvertes d’un toit forment l’habitat principal des canaux. Par endroits des maisons sur pilotis me font penser au carrelet de mes parents sur la côte atlantique où nous passions des nuits entières à jouer au tarot en remontant le filet toutes les vingt minutes.
marchande de fleurs
marchande de légume
Nous rencontrons Gaëlle et Ludovic, en voyage pour six mois, avec qui nous passerons la soirée à Battambang.
Nous ne verrons de cette ville que le marché avant de prendre le bus le lendemain, pour retourner à Siem Rep.
Le trajet dure 4 heures de mauvaises pistes que nous aurons épargnées à la tortue.
Dans le bus, Magali et Gilles de la Réunion nous parlent de leurs voyages et d’un ami à eux médecin parti depuis huit ans sur les routes du monde avec un defender aménagé, ils ne savent pas où il se trouve mais aux dernières nouvelles avaient envoyés leur véhicule en Malaisie.
Nous commençons le lendemain la visite des temples d’Angkor, prenant un pass d’une semaine afin de continuer l’école aux pieds du Ta prohm ou d’Angkor vat qui seront nos deux premières visites.

Angkor Vat
Angkor vat est magnifique, ses remparts, ses tours, ses tableaux sculptés dans les coursives nous impressionnent et l’eau omniprésente autour du temple agrémente les photos. Malgré l’immense quantité de touristes qui sillonnent le site, l’espace est suffisamment grand pour pouvoir apprécier sereinement le détail et le travail des Khmers qui pendant plus de quatre siècles dominèrent l’Asie du Sud Est.
C'est Angkor la nuit
Le Ta Prohm dont les ruines sont envahies par les racines géantes des fromagers, nous donne l’occasion de retrouver Magali et Gilles qui la veille sont tombés nez à nez avec leur copain médecin voyageur qui quittait Siem rep et partait pour le Vietnam.
La construction des temples s’est étalée de la fin du neuvième siècle au début du treizième, passant par des styles architecturaux qui portent le nom du temple principal de la période.
Style Bayon Ta Prhom
Ainsi nous passons des styles Preah Ko, Koh Ker et Pre Rup à la période Angkor Vat en passant d’un temple à l’autre.  Le style Bayon, plus récent, est visible au Ta Prohm et dans la cité d’Angkor Thom « grande ville royale » qui au douzième siècle comptait 1 millions d’habitants et dont les portes étroites typiques du style Bayon ne laissent passer, aux dires des panneaux indicateurs modernes, que des véhicules de 2m de large, n’excédant pas trois mètres de haut.
Bayon
Nous tentons de dormir au pied de l’entrée sud d’Angkor Thom, mais  la police touristique nous rappelle à l’ordre et nous fait une petite place devant ses bureaux à l’entrée des sites.
Nous partons ensuite visiter plus au nord le temple de Banley Srei richement décoré et faire une promenade le long de la rivière aux milles lingua dont le fond en pierre du cours d’eau à été sculpté à de nombreux endroits.
De retour à notre stationnement nous y trouvons Gilles et Chantal les amis des réunionnais que nous avions croisés et nous passons la soirée avec eux sous le regard amusé de la police touristique.
passera-passera pas
Nous passons le lendemain la porte sud du Bayon, malgré nos 2m 45 de large et 3m 10 de haut (on a du oublier pendant la période française de leur apporter un mètre étalon) et finissons la journée chez Véronique et Etienne où Yann et Géraldine ont élu domicile depuis la veille.
qui ne tente rien n'a rien
Etienne dirige, pour Vinci, l’aéroport de Siem Rep, tandis que Véronique ancienne responsable qualité d’une grosse entreprise de bougies française, met son talent au service de Stéphane, qui, il y a plusieurs années, a créé Les saveurs d’Angkor, une entreprise qui réunit le savoir faire de plus de 70 cambodgiens pour alimenter ses deux magasins de souvenirs de la ville.
Les saveurs d'Angkor
 
Véronique et Etienne ont pris avant de s’installer au Cambodge, une année sabbatique à bord de leur catamaran, le MAMASO du nom de leurs trois enfants Marie, Mathieu et Sophie. Vous pouvez vivre cette aventure sur leur site www.mamaso.info , Océane est ravie de trouver une copine de son âge surtout que Timothée passe son temps avec Mathieu et que Sophie vadrouille entre les quatre.
Les Mamaso La tortue Le Mamaso
Piscine Les filles départ à l'école
Devant la sympathie de cette rencontre nous arrêtons la visite des temples pour passer nos dernières journées cambodgiennes avec eux, apéros (tant pis pour les triglycérides), discussion de voyage, visite des ateliers des senteurs d’Angkor et Barbecue avec une partie de la communauté française de la ville.
Arnaud installé depuis huit ans, gère ses boulangeries pâtisseries, The Blue Pumpkin (www.tbpumpkin.com ). Il fait des gâteaux et des éclairs au chocolat dont nos papilles avaient oublié le goût et des glaces à la mangue à tomber par terre.
Michel, voyageur invétéré, qui est arrivé en traversant la Chine avec son Land cruiser, travaille également pour Vinci avant de continuer la route avec le camion aménagé qu’il se fait fabriquer en France.
Etienne
On voyage ensemble Michel au centre Arnaud le roi du chocolat
Nous passons avant de partir une des journées qui fait la richesse des voyages :
Partant le matin à onze dans le pick up d’Etienne, nous allons après deux heures de mauvaises pistes (Pour le coup on est ravis d’être en 4X4) visiter la forêt inondée et les villages flottants à bord de petites embarcations à rame.
Nous sommes à la saison sèche et le cœur des villages se trouve pour deux mois praticable à pied, les habitants profitant de cette période pour faire sécher les crevettes aux pieds de leurs maisons sur pilotis, délaissent un temps, pour certains, leurs maisons flottantes.
Nous finissons la journée à Roulos à quelques kilomètres de Siem Rep et siège des premiers temples Angkoriens.
4X4
Autour de la forêt inondée
Nos visas arrivant à expiration, nous quittons nos nouveaux amis pour rejoindre Bavet la seule ville frontière où il semble possible de rentrer au Vietnam avec un véhicule depuis le Cambodge.
Il nous faudra deux jours pour y arriver, un pour nous rendre à Kampong Cham après plus de 200 Km de bonne route et 8 Km de piste en terre défoncée.
Angkor et encore
Nous arrivons finalement dans l’après midi au poste frontière de Bavet qui cherche à ressembler côté cambodgien à un mini Las Vegas pour attirer le week-end une clientèle vietnamienne très joueuse (Les Casinos Hôtels poussant comme des champignons) et nous montrant jusqu’au bout les contradictions de ce pays fascinant dont nous suivrons l’évolution et la reconstruction.
Aux portes du Bayon
Traversée
uruguay
bresil
tortue Bolivie
Pérou
Chili-Argentine
argentine
Mexique
Guatemala
Belize
Drapeau honduras
Nicaragua
Costa Rica
panama
USA
drapeau
Malaisie
drapeau thailande
drapeau Cambodge
drapeau Vietnam
drapeau Laos
drapeau thailande
Malaisie
drapeau Inde
drapeau
Oman

drapeau---Oman

saudia

drapeau
drapeau Syrie
drapeau Turquie
drapeaugrece
kenya
drapeaugrece

france